Chargement...

CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT DES FORMATIONS EN ADÉQUATION AVEC LES BESOINS DES ENTREPRISES ET LES POLITIQUES RÉGIONALES.

Les membres d'ANASUP constatent la portée de l'apprentissage en termes de développement économique :

  • L'apprentissage facilite la transmission des savoirs entre générations et permet de capter et d'ancrer durablement des jeunes à fort potentiel dans les PME du tissu économique des territoires tout en permettant   aux grandes entreprises de gérer de façon prévisionnelle les besoins de compétences.
  • L'apprentissage renforce par ailleurs l'efficacité, l'attractivité et la pérennité des établissements de l'enseignement supérieur.

FAVORISER PAR L'APPRENTISSAGE LA PROFESSIONNALISATION DES FORMATIONS

C’est une voie de réussite pour le plus grand nombre :

  • A l’heure où nombreux sont les étudiants qui éprouvent des di¬cultés à suivre et poursuivre leurs études dans de bonnes conditions, l'apprentissage dans l'enseignement supérieur favorise l'égalité d'accès aux savoirs et quali cations pour tous les jeunes.
  • En permettant de concilier e¬cacement travail et études, il est porteur d’accès social à l’enseignement supérieur et d’élévation dans la hiérarchie des diplômes et des emplois.

20 ANS D'EXPÉRIENCES, 30 000 JEUNES

ANASUP a la volonté d’être une force de propositions auprès des parties prenantes favorisant le rapprochement des formations supérieures et des besoins

Vingt-neuf Centres de Formations d’Apprentis (CFA) de l’enseignement supérieur ont décidé de se constituer en réseau en créant « L’ASSOCIATION NATIONALE POUR L’APPRENTISSAGE DANS L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, (ANASUP) » (dépôt en préfecture le 26 septembre dernier).économiques.

Représentant plus de 1300 formations, du DUT au Master et diplôme d’Ingénieur, et accueillant sur l’ensemble du territoire.

près de 30.000 jeunes, en lien avec 17.000 entreprises partenaires, ANASUP entend œuvrer au développement de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur, contribuer à la professionnalisation des formations dans les Universités et Grandes écoles, et promouvoir l’apprentissage comme vecteur de réussite pour tous.

Riche d’une expérience capitalisée depuis vingt ans dans la mise en place et l’essor de formations par apprentissage, en adéquation avec les besoins des entreprises et les politiques régionales, ANASUP a la volonté d’être une force de propositions auprès des parties prenantes favorisant le rapprochement des formations supérieures et des besoins économiques.

FAIRE DE L'APPRENTISSAGE UNE VOIE ACCESSIBLE A TOUS

Les membres d’ANASUP constatent la portée de l’apprentissage en termes de développement économique : l’apprentissage facilite la transmission des savoirs entre générations et permet de capter et d’ancrer durablement des jeunes à fort potentiel dans les PME du tissu économique des territoires tout en permettant aux grandes entreprises de gérer de façon prévisionnelle les besoins de compétences.
L’apprentissage renforce par ailleurs l’efficacité, l’attractivité et la pérennité des établissements de l’enseignement supérieur.

UNE VOIE DE RÉUSSITE POUR LE PLUS GRAND NOMBRE

L’association a ainsi pour ambition de contribuer à l’objectif fixé par les pouvoirs publics.
L’apprentissage renforce par ailleurs l’efficacité, l’attractivité et la pérennité des établissements de l’enseignement supérieur.

L’association a ainsi pour ambition de contribuer à l’objectif fixé par les pouvoirs publics dans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi de passer de 435.000 apprentis à 500.000 apprentis en 2017 et de développer l'alternance en doublant le nombre d'étudiants en alternance d'ici 2017 (actuellement près de 5% des étudiants à l'université). C’est une voie de réussite pour le plus grand nombre :

  • A l’heure où nombreux sont les étudiants qui éprouvent des difficultés à suivre et poursuivre leurs études dans de bonnes conditions, l'apprentissage dans l'enseignement supérieur favorise l'égalité d'accès aux savoirs et qualifications pour tous les jeunes ;
  • En permettant de concilier efficacement travail et études, il est porteur d’accès social à l’enseignement supérieur et d’élévation dans la hiérarchie des diplômes et des emplois ;
  • A l’heure où l’accès au marché du travail est le plus souvent tâtonnant et incertain, il facilite la transition de l’Université vers l’emploi durable et participe de la cohésion sociale ;
  • A l’heure où les actifs sont appelés à se former tout au long de la vie mais que peu d’entre eux y parviennent, l’apprentissage place d’emblée les jeunes dans une situation continuum entre la formation initiale et l’ensemble des situations professionnelles où s’acquièrent des compétences ; il leur donne ainsi un avantage crucial sur les générations d’actifs de demain.

PROMOUVOIR L'APPRENTISSAGE DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

La France dispose avec l’apprentissage, du CAP au Master, d’un modèle de formation unique et cohérent. Il permet aux jeunes de concilier emploi et formation, diplôme et expérience professionnelle.
En cela, il est une étape dans le processus de formation tout au long de la vie (FTLV).Les membres d’Anasup constatent la portée de l’apprentissage en termes de pédagogie pour former autrement les jeunes, et mieux les préparer à s’insérer professionnellement.
Les membres d’Anasup constatent également la portée de l’apprentissage en termes de développement économique : l’apprentissage facilite la transmission des savoirs entre générations et permet de capter et d’ancrer durablement des jeunes à fort potentiel dans les PME du tissu économique des territoires tout en permettant aux grandes entreprises de gérer de façon prévisionnelle les besoins de compétences.
L’apprentissage renforce par ailleurs l’efficacité, l’attractivité et la pérennité des établissements de l’enseignement supérieur. Bien que l’ensemble des partenaires reconnaissent cette valeur ajoutée de la formation par apprentissage, il est nécessaire de mobiliser tous les acteurs pour en assurer un développement quantitatif et qualitatif volontariste.
De nombreux freins et difficultés sont à lever pour dynamiser l’apprentissage dans l’enseignement supérieur et exercer un effet d’entraînement dans notre pays sur l’ensemble des filières en apprentissage, du niveau V de formation au niveau I.